Union des Œnologues de France

Vinalies Nationales

La vocation de l’œnologue est l’élaboration du vin, la dégustation est au cœur de son métier. Non pas tant comme une finalité, mais comme un acte essentiel et permanent : du raisin au vin, la dégustation guide l’œnologue chaque jour dans ses décisions techniques. Il est aisé d’enfermer la dégustation de l’œnologue dans un geste technique et analytique, il est moins admis de l’envisager dans une approche hédonique et globale. Pourtant, l’œnologue, homme ou femme de sciences, est animé par la passion du vin et sait aussi dépasser l’enceinte secrète de l’œnologie.

C’est de cette passion que sont nés et ont grandi les concours des Œnologues de France depuis plus de 30 années

 > Vinalies Nationales

 

La volonté qui animait Alex Schaeffer, sous la présidence de Jacques Puisais, lorsqu’il propose de créer les Vinalies en 1983 est celle d’expliquer que l’œnologue ne se réduit pas au métier du laboratoire. L’engagement des présidents de l’Union dans la construction d’une action fédératrice des œnologues français ne s’est pas démenti depuis et après 3 décennies, le concours des Vinalies Nationales, organisé autour des sept régions historiques de l’Union des Œnologues de France, rassemble en pré-sélection près de 3000 vins en moyenne et plus de 200 dégustateurs œnologues chaque année. La dégustation finale se tient dans la région de France ayant organisé l’année précédente le congrès des Œnologues. L’implication des œnologues, tant dans le bénévolat pour la préparation des échantillons, que dans les dégustations, est un engagement collectif fort pour mettre leur expertise au service de la filière du vin. L’adoption des principes d’organisation édictées par l’Organisation Internationale de la Vigne et du Vin (OIV) marque leur volonté de rigueur et de sérieux, dans le traitement des échantillons, parfaitement anonymes de bout en bout des Vinalies, dans l’organisation de la dégustation ou l’attribution des médailles. Moins de 30% des vins des Vinalies se voient attribués des médailles alors que la législation française, qui encadre tous les concours de vins en France (arrêté du 13 février 2013), impose un maximum de 33% (le tiers des vins présentés). Basée sur la grille de dégustation de l’OIV / UIOE, la notation des vins s’appuie aussi sur les commentaires de dégustation des jurés dont la synthèse demeure le témoin d’une approche qui se veut avant tout sur la reconnaissance des qualités.

"Notre force à nous les Œnologues, c’est de naviguer en permanence entre l’Art et la Science, schizophrénie propice à une imagination fertile en phase avec le vivant." Zouhaïr Ben-Omar